Imposition des interprètes-traducteurs du ministère de la justice

TVA

Eu égard aux conditions dans lesquelles ils exécutent leur mission, à la nature de leurs relations avec l’administration et aux modalités de leur rémunération, les interprètes-traducteurs collaborateurs du service public de la justice doivent être regardés comme agissant de manière indépendante (CGI art.
En conséquence, sous réserve de l’application de la franchise en base, les interprètes-traducteurs collaborateurs du service public de la justice doivent être assujettis à la TVA, nonobstant la circonstance que des décisions juridictionnelles auraient jugé qu’ils n’avaient pas agi à tire indépendant.


CE 6 mars 2015, n° 377093